Petit Traité des Peintres paysagistes de la Côte d'Azur au XIXe siècle par Alex Benvenuto

Titre de livre: Petit Traité des Peintres paysagistes de la Côte d'Azur au XIXe siècle

Auteur: Alex Benvenuto

Broché: 59 pages

Date de sortie: May 7, 2009

ISBN: 2864105233

Éditeur: Serre Editeur

Petit Traité des Peintres paysagistes de la Côte d'Azur au XIXe siècle par Alex Benvenuto

Petit Traité des Peintres paysagistes de la Côte d'Azur au XIXe siècle par Alex Benvenuto est disponible au téléchargement en format PDF et EPUB. Ici, vous pouvez accéder à des millions de livres. Tous les livres disponibles pour lire en ligne et télécharger sans avoir à payer plus.

Alex Benvenuto avec Petit Traité des Peintres paysagistes de la Côte d'Azur au XIXe siècle

Un volume agrafé de 60 pages, au format 16 x 22 cm. 95 Illustrations couleurs. Couverture pelliculée en couleurs. Bibliographie. Le tourisme d'hiver commence dès le début du XIXe siècle avec de riches hivernants qui fuient le froid, le spleen ou la phtisie. Tout est à portée de palette pour l'apparition d'une école de peinture de paysages : des acheteurs, un site, les couleurs et la lumière. Pourtant, ces peintres restent souvent méconnus du grand public. Même les Niçois ne se souviennent pas toujours que les Barberi, Besset, Biscarra, Martin-Sauvaigo, Matisse, Carlone, Dufy, Chéret, Comba, Costa, Trachel, Mossa, Fricero, Caïs de Pierlas, Roassal, Rostan, Fer, Fossat, Ziem, Garneray, Garaud, Bashkirtseff, furent des peintres renommés avant de devenir des noms de rues... Des souvenirs précieux La société des hivernants, désireuse de rapporter des souvenirs de son séjour, les artistes répondent rapidement à cette demande avec des aquarelles de petits et moyens formats. La Promenade des Anglais, le port, les rades de Cannes ou Villefranche, Menton, forment les motifs privilégiés de ces peintres. L'aquarelle permet également de parcourir l'arrière-pays avec crayons, pinceaux et carnets de croquis. Une identité niçoise Ces peintures ne sont cependant pas que de précieux témoignages sur le Comté de Nice. Au-delà du souvenir, les Mossa, Fricero, Trachel, Costa, Comba, Defer livrent leurs états d'âme sur ce pay-sage, ses habitants, ses mœurs, et contribuent par là même à traduire une identité niçoise. Même si l'inspiration des « vedute » italiennes ou des aquarellistes anglais se retrouve dans leur production, celle-ci reste bien personnelle. Comme pour les écrivains de la même époque, la conception qu'ils se font du paysage est romantique et lyrique. Le paysage est à proprement parler un état d'âme, non seulement un miroir, mais encore l'âme elle-même.